L’Algerie rappelle son ambassadeur en France apres des propos critiques d’Emmanuel Macron

Alger a choisi, samedi, de rappeler “pour consultations” le ambassadeur en France.

Une decision qui intervient apres des propos d’Emmanuel Macron au cours de la retrouve avec des jeunes issus de familles marquees par Beyrouth d’independance. Ce soir a fustige, a cette occasion, “une rente memorielle” entretenue par “le http://datingmentor.org/fr/meetmindful-review systeme politico-militaire” en Algerie.

Vers une crise diplomatique entre Paris et Alger ? L’Algerie a justifie, samedi 2 octobre, le rappel de son ambassadeur a Paris par le “rejet de toute ingerence dans ses affaires interieures”, precisant avoir retourne sa decision a la suite de “declarations attribuees” au president francais, Emmanuel Macron.

Dans un communique, la presidence algerienne affirme qu’en raison d’une “situation particulierement inadmissible engendree via ces propos irresponsables”, Alger a decide “le rappel immediat pour consultation” de son ambassadeur a Paris Mohamed Antar-Daoud.

Samedi, les medias locaux reprenaient largement un texte du journal francais un chacun dans lequel Emmanuel Macron, recevant des descendants de protagonistes une guerre d’Algerie, estime qu’apres le independance en 1962, l’Algerie semble s’i?tre construite via “une rente memorielle”, entretenue via “le systeme politico-militaire”.

Cela y evoque aussi “une histoire officielle”, d’apri?s lui, “totalement reecrite” qui “ne s’appuie pas sur des verites” mais sur “un propos qui repose sur une haine d’une France”. Plusieurs declarations qualifiees par les medias algeriens d'”acerbes” ainsi que “derapage”.

Un precedent en mai 2020

C’est la seconde fois qu’Alger convoque le ambassadeur a Paris depuis mai 2020, Quand celui de l’epoque, Salah Lebdioui, avait fait l’objet tout d’un rappel “immediat” apres la diffusion d’un documentaire concernant le mouvement de contestation prodemocratie Hirak, diffuse via France 5 et J’ai chaine parlementaire.

Mes relations entre Paris et Alger etaient deja tendues. Mercredi, l’ambassadeur de France a Alger, Francois Gouyette, avait ete convoque au ministere des Affaires etrangeres algerien pour se voir notifier “une protestation formelle du gouvernement” apres la decision de Paris de reduire de moitie les visas accordes aux Algeriens souhaitant se rendre en France.

Paris a, Dans les faits, annonce une forte diminution du nombre de visas accordes a toutes les ressortissants du Maroc, de l’Algerie et de la Tunisie invoquant un “refus” des pays du Maghreb de delivrer les laissez-passer consulaires necessaires au retour des immigres refoules de France.

“Cette decision, qui est intervenue sans consultation en amont avec la partie algerienne, comporte l’anomalie redhibitoire d’avoir fait l’objet tout d’un tapage mediatique generateur de confusion et d’ambiguite quant a ses motivations et a son champ d’application”, a estime le ministere algerien Afin de justifier la convocation de Francois Gouyette.

Suivant les medias algeriens, le rappel de l’ambassadeur d’Algerie a Paris est motive, cette fois, avec des declarations d’Emmanuel Macron reprises dans l’article du journal Le Monde.

Notre journal prive El Watan consacre sa une de dimanche au “derapage de Macron”, et estime que “le president francais a emis des critiques acerbes vis-a-vis des dirigeants algeriens”.

“Le systeme algerien est fatigue”

Sous le titre “Macron au vitriol via le ‘systeme algerien'”, le media francophone 24H Algerie a repris de larges pans de cet article qui cite votre dialogue entre Emmanuel Macron et une vingtaine de jeunes dont les parents ou grands-parents etaient des anciens combattants en guerre d’Algerie (1954-1962), des harkis (paramilitaires au service d’une France) ou des rapatries.

En reponse a une jeune fille qui a grandi a Alger, le president francais a confie ne pas affirmer que celui-ci y ait une “haine” contre la France “de Notre societe algerienne dans ses profondeurs mais du systeme politico-militaire qui s’est construit via votre rente memorielle”.

Selon Emmanuel Macron, “on voit que le systeme algerien reste fatigue, le Hirak (le mouvement pro-democratie, a l’origine d’une demission en 2019 du president Abdelaziz Bouteflika, recemment decede, NDLR) l’a fragilise”.

Dans le echange avec les jeunes, le president francais assure avoir “un bon dialogue avec le president (algerien, Abdelmajid) Tebboune”, ajoutant toutefois : “je vois qu’il sera retourne dans un systeme qui est reellement dur”.

Selon les medias locaux, un autre passage des declarations d’Emmanuel Macron a provoque l’ire des autorites. “Est-ce que celui-ci y avait une nation algerienne avant ma colonisation francaise ? Ca, c’est la question”, semble s’i?tre interroge le president francais, en rappelant qu’il y a eu “de precedentes colonisations”.

Sur 1 ton ironique, il semble s’i?tre ainsi dit “fascine de voir la capacite qu’a la Turquie a faire totalement oublier le role qu’elle a joue en Algerie et Notre domination qu’elle a exercee”, en allusion a l’Empire ottoman. “Et d’expliquer qu’on est (les Francais, NDLR) les seuls colonisateurs, c’est genial”.

Hormis le Maroc ou il n’a jamais reussi a s’imposer durablement, l’Empire ottoman a domine du 16e au 18e siecle l’Afrique du Nord que celui-ci avait organisee en trois provinces : Alger, Tunis et Tripoli.

Le resume une semaineFrance 24 vous propose de repasser i  propos des actualites ayant marque la semaine