Changer de vie apres une rupture : nos cles Afin de rebondir

Liberte, independance, epanouissement perso, c’est la promesse du celibat apres vingt annees de couple, avec ou sans enfant, ainsi, de carriere pro bien remplie.

U n seul nom via la boite a lettres : le notre. Divorce, nid vide, nous voila redevenue solo, apres une vie de famille. A nous la liberte et l’improvisation, tel cadeaux en maturite, apres des annees a se demultiplier entre l’existence professionnelle, le couple et des enfants. A nous aussi la nostalgie d’un bonheur revolu. Une etape en vie legerement particuliere qui rappelle les jeunes annees, celle de pallier studio et d’une autonomie toute fraiche. Sauf que l’on a dorenavant votre cinquantaine… Notre « c’est maintenant ou pas » nous vient encore et puis souvent aux levres. La question d’un nouvel amour se pose, le besoin d’engagement en moins. Ce retour a Notre solitude nous renvoie immanquablement a celle des ages cles et a nos differentes identites, d’apri?s la psychanalyste Monique de Kermadec (1) . Le « i  la maison » vient remplacer le « chez nous », pour Patrice Huerre, psychanalyste et Francois Robine, expert immobilier (2) , revele nos pages qu’il nous va falloir encore tourner et influence les projets a venir.

Se detacher pour aborder une telle nouvelle vie

Se detacher d’un homme, on sait Realiser pour y avoir ete confrontee vingt fois. Mais De quelle fai§on se detacher d’une vie de famille ? On souhaite que nos bambins se debrouillent, or, quand ils demenagent, on nos suit avec le sechoir a linge et le panier a courses, victimes du syndrome du nid vide. On y gagne, pourtant, a se separer. Souvenons-nous des desagrements en vie commune avec des petits devenus grands ; on est reveillee la nuit via une odeur d’oignons frits quand notre gamin mangeait son burger en rentrant de boite. On se prenait les pieds au salon en cables d’ordinateurs, de portables ou de consoles. On retrouvait sa jupe preferee roulee en boule sous le lit de notre chere fille. Chacun chez soi, c’est l’assurance d’un territoire en propre. A un moment fourni, il convient rejouer J’ai relation parent-enfants together2night application rencontre et ce qui passe par la distance, l’eloignement. « Vivre seule, i§a nous renvoie a le sujet de nos identites. Quelle cherie a-t-on ete en dehors d’epouse de…, de mere de… ? », explique Monique de Kermadec. « Possede-t-on une identite professionnelle valorisante ? » L’incarnation sociale, c’est le ressort narcissique dans lequel on va pouvoir s’appuyer, un coup libre et degagee des responsabilites parentales. C’est cette dernii?re qui nous fera plus ou moins aimer votre nouveau statut. Qui est-on, separee-divorcee et sans charge d’ame ? Cela coi»te mieux y reflechir avant d’entamer 1 nouveau dialogue avec sa life.

Avoir moyen de affirmer a soi

Toutes ces annees a ne pas trainer en jogging le week-end avec egard pour le desir de une conjoint, ou a ne pas s’enfiler une serie en 1 semaine pour etre credible Quand l’on tancait les bambins sur la dependance aux ecrans. Seule, on a ma sensation grisante d’echapper a l’?il de Moscou ou a J’ai necessite de tenir le rang de mere modele. Sous le aussi toit, les enfants ne semblent gui?re les derniers a nous critiquer ou a nous fliquer « Mum, tu ne vis nullement, tu bosses comme un ane », « Mum, y a rien dans le frigo ». Vivre seule, c’est l’assurance d’avoir moins de remarques, moins de corvees, environ grasse mat’ et de diners sur le pouce. « J’ai capacite a etre seule, cela se construit dans l’enfance. A-t-on ete encouragee a jouer seule ? A-t-on ete autorisee avec ses parents a se separer d’eux de temps en temps, sans larmes ni culpabilite ? », commente Monique de Kermanec. Le joie que l’on pourra tirer adulte de la solitude vient des premieres experiences. Faute de temps libre, d’argent, notre vie de famille ne nous a guere laisse la possibilite de penser a nous. Etre solo vient reparer une telle injustice, nous donnant enfin l’occasion de penser a soi, de rejoindre enfin un club photo, de s’offrir une croisiere. Et de reapprendre l’independance. « On entre dans la maternite independante, on en sort avec bien a refaire, sur ce plan-la », souligne la psychanalyste. Pratiquer a nouveau l’autonomie, celle que l’on s’est evertuee a transmettre a toutes les enfants. C’est tel le velo, cela ne s’oublie gui?re.